Aide immédiate

613 632-1131
1 800 267-4101

Zone Ados

Suis-je en amour?
Suis-je dans une relation saine?
Suis-je dans une relation saine?

Voici quelques-uns des sentiments qui caractérisent une relation saine et équilibrée entre deux personnes.  Une relation saine et équilibrée entre deux personnes, c'est une relation où...

 

  • je me sens respecté(e) par mon partenaire;
  • je me sens aimé(e) par la personne avec qui je suis;
  • j'ai du plaisir à tout simplement passer du temps avec l'autre;
  • je peux m'exprimer librement sans que mon ou ma partenaire porte un jugement;
  • je me sens libre d'être moi-même, de penser et de dire ce que je veux;
  • j'ai le sentiment que mes croyances et mes valeurs spirituelles sont respectées.
Tiré du site  www.adosante.org

 



La violence, c'est quoi?
La violence, c'est quoi?

C'EST QUOI?

Si on essayait de résumer en une seule phrase la violence dans les relations amoureuses, cela pourrait donner ceci: 

"Un moyen choisi pour dominer une autre personne et la maintenir dans un état d'infériorité".

La violence prend un certain temps avant de s'installer dans une relation amoureuse. Elle prend d'abord une forme, puis une autre... Peu à peu, les moyens pour dominer l'autre se diversifient. C'est le cycle et l'escalade de la violence!

Comme la violence s'installe petit à petit, il n'est pas rare que la personne qui en est victime ne s'en rende pas compte immédiatement. Par exemple, un gars peut insister que sa blonde passe son samedi avec lui plutôt qu'avec ses amies sous prétexte qu'il l'aime et qu'il va trop s'ennuyer d'elle.  Plus tard, il se pourrait qu'il exige qu'elle reste avec lui et qu'elle ne voit plus du tout ses amies parce qu'il les trouve « niaiseuses ».  Il n'est donc pas toujours facile de voir qu'on vit une situation de violence.

La violence est toujours destructrice, qu'elle soit psychologique, verbale, physique ou sexuelle. Toutes ces formes ont des répercussions importantes pour la personne qui les subit.
Tiré du site www.aimersansviolence.com



Les formes de violence
Les formes de violence

La violence psychologique
Tenter d'enlever, par son attitude et petit à petit, la confiance en soi de sa blonde ou de son chum et limiter son autonomie (ne pas tolérer que son chum ait des activités personnelles, exiger que sa blonde s'habille d'une certaine façon, l'appeler sans cesse sur son cellulaire). Plusieurs personnes pensent que cette forme de violence est moins grave parce qu'elle ne laisse pas de traces; c'est faux! La violence psychologique laisse des blessures intérieures profondes.

La violence verbale
Se servir de la parole pour créer chez sa blonde ou son chum un sentiment d'insécurité et de peur (menacer l'autre de le frapper ou de le laisser) ou pour l'humilier (dans l'intimité ou devant des amis-es). Cette forme de violence est beaucoup plus fréquente qu'on ne le pense.

La violence physique
Utiliser la force physique (gifler, frapper, lancer des objets) pour affirmer son pouvoir sur sa blonde ou son chum. C'est la violence la plus connue.

La violence sexuelle
Imposer à sa blonde ou à son chum des gestes sexuels ou l'obliger à prendre part à des activités à connotation sexuelle. La violence sexuelle se déroule souvent dan un contexte d'intimidation, de manipulation, de chantage, de menaces ou d'utilisation de la force.
Tiré du site www.aimersansviolence.com
La violence et la technologie 
Les technologies de l'information et de la communication évoluent à grands pas. Elles présentent des avantages multiples et sont de plus en plus accessibles et présentes dans la vie des filles.Par contre, les frontières sont maintenant minces entre l'espace privé et l'espace public et l'on sait que certains gars utilisent la technologie comme outil pour contrôler ou traquer leur victime.
Ton partenaire:

  • insiste que tu partages tes mots de passe de réseau social (facebook, my space etc.)?
  • relit tous tes textos et courriels?
  • télécharge un logiciel pour tenir compte de toutes tes activités sur ton ordinateur?
  • t'envoie des textos à répétitions pour savoir où tu es, avec qui tu es ou t'achète un téléphone cellulaire et t'oblige à y répondre pour tenir compte de tes allées et venus?
  • utilise la fonction de géolocalisation de ton téléphone intelligent pour te traquer?
  • vérifie l'historique de tes recherches internet?
  • utilise la technologie pour mieux te contrôler et te harceler.
1 fille sur 10 âgée de 16 ans a vécu une violence sexuelle; 
1 fille sur 5 a vécu de la violence physique; 
1 fille sur 3 a vécu de la violence psychologique.



Les signes avertisseurs
Les signes avertisseurs

Tu soupçonnes que tu es victime de violence de la part de ton chum?
 

La première étape est de reconnaître les signes avertisseurs de la violence faite aux femmes et aux filles.

Il te rabaisse.
Il parle tout le temps et domine la conversation.
Il te surveille tout le temps.
Il essaie de prétendre qu'il est la victime et agit comme s'il était déprimée.
Il essaie de t'empêcher de voir tes amis et ta famille.
Il agit comme si tu lui appartiens. 
Il ment pour bien paraître ou exagère ses qualités.
Il est très jaloux et possessif. 
Il agit comme s'il était supérieur aux autres membres de sa famille et plus important qu'eux.
Il fait des commentaires désagréables et irrespectueux envers les femmes. 
Il prend toutes les décisions à l'intérieur de votre relation. 
Il fait des menaces. 
Il parle fort ou utilise son corps pour t'intimider.
Tu t'excuses ou trouves des excuses à son comportement.
Tu deviens agresssive ou te mets en colère quand tes amis ou ta famille te parlent des comportements de ton chum. 
Tu es mal à l'aise de t'exprimer en sa présence.
Tu t'absentes souvent de l'école.
Tu essaies de masquer tes blessures.
Tu as l'impression que tu dois marcher sur des coquilles d'oeufs en sa présence.
Tu es triste, seule, déprimée, anxieuse,  craintive. 
Tu consommes des drogues ou de l'alcool pour faire face à la situation.

Si tu te vois ou tu vois ton chum en lisant ces énoncés, il se peut que ta relation soit abusive. Parles-en à quelqu'un. 
Appelle-nous 613 632-1131/1 800 267-4101. On peut t'aider.



Cycle de la violence
Cycle de la violence

Des comportements inacceptables associés aux différentes catégories d'abus ou de violence peuvent, petit à petit, se glisser dans une relation. La victime tend habituellement à protéger l'agresseur en inventant toutes sortes d'excuses. C'est ainsi que débute le cycle de la violence. L'expérience démontre que la violence, qu'elle soit physique, verbale, psychologique ou sexuelle, s'exprime dans un cycle à trois phases:

  1. La lune de miel
  2. L'augmentation de la tension
  3. L'agression
De manière générale, en l'absence d'intervention extérieure, l'agresseur devient progressivement plus violent.
À moins que quelque chose ne vienne rompre le cycle de la violence, la situation ne fera qu'empirer. Seul l'agresseur peut mettre fin à la violence, car lui seul est responsable de ses propres comportements. 

cycle 1cycle 2cycle3

Il faut demander de l'aide! Parles-en à quelqu'un en qui tu as confiance. Tu peux aussi appeler au 613 632-1131/1 800 267-4101.
On est là pour t'écouter.



Conseils pratiques
Conseils pratiques

Que tu en sois témoin, que tu la subisses ou que tu la fasses subir, il y a toujours une solution pour briser le cycle de la violence. Voici des conseils pratiques adaptés à ta situation.

JE SUIS UNE VICTIME

Lorsqu'on vit une relation empreinte de violence, on peut sentir de l'ambivalence devant ce qui nous arrive et à ce qu'on ressent. Par exemple, on peut détester le chum violent, mais aimer celui qu'on a connu au début de la relation et qui est encore gentil parfois. On peut perdre confiance en soi et en "sa petite voix intérieure". Certaines victimes de violence changent même certains de leurs comportements qui semblent « provoquer » leur partenaire et trouvent des stratégies pour éviter le plus possible les conflits.

Le problème majeur quand on vit de la violence, c'est qu'on s'isole parce qu'on a peur et qu'on a honte. Si tu vis de la violence, qu'elle soit psychologiqueverbalephysique ou sexuelle, il est important de briser le silence. Tu verras, une fois que la glace est cassée, tu te sentiras déjà beaucoup mieux. L'important est de ne pas prendre sur tes épaules le problème de ton chum: sa violence lui appartient.
Va chercher de l'aide en te confiant à une personne de ton entourage en qui tu as confiance. Que se soit quelqu'un de ta famille, ton ou ta meilleur-e ami-e, un professionnel de l'école, un intervenant de Tel-jeunes, ou une intervenante de Maison Interlude House. Cette personne t'offrira de l'écoute, du réconfort et de l'information.

Il faut oser en parler, même si ce n'est pas facile. C'est le seul moyen de t'en sortir.  
Appelle-nous au 613 632-1131/1 800 267-4101. On est là pour t'écouter.

JE SUIS TÉMOIN

J'ai été témoin de violence conjugale

Ce n'est pas de ta faute. Tu ne peux pas contrôler la violence. Les adultes concernés ont besoin d'aide. Parles-en à quelqu'un en qui tu as confiance. Que ce soit quelqu'un de ta famille, ton ou ta meilleur-e ami-e, un professionnel de l'école, un intervenant de Tel-jeunes, ou une intervenante de Maison Interlude House. Cette personne t'offrira de l'écoute, du réconfort et de l'information.

Je suis témoin de violence entre mon amie et son chum

Quand on est témoin de comportements violents, il n'est pas toujours facile de réagir.  On est mal à l'aise, on ne veut pas se mêler de la vie des autres ou on a peur de ne pas dire les bonnes choses. Si tu es témoin de violence, dis-toi que ton intervention est vraiment précieuse. Montre à la victime que tu ne la juges pas et que tu peux lui offrir une oreille attentive. Encourage-la à parler à un professionnel de l'école, un intervenant de Tel-jeunes, ou une intervenante de Maison Interlude House. Cette personne lui offrira de l'écoute, du réconfort et de l'information.
 

JE VEUX M'ENGAGER

Le meilleur moyen de prévenir la violence, c'est de promouvoir l'égalité entre les gars et les filles.Tu peux aussi te renseigner sur la violence afin de bien comprendre ce que c'est et en reconnaître les signes avertisseurs.N'hésite jamais à faire valoir ton point de vue sur la violence, même si tu es le seul ou la seule de ton groupe à oser l'exprimer.

Tiré du site www.aimersansviolence.com
Tu peux aussi participer à des activités contre la violence faite aux femmes et aux filles dans ta communauté. Clique ici pour connaître nos activités.



Conseils de sécurité lors d'une première rencontre amoureuse
Conseils de sécurité lors d'une première rencontre amoureuse

Réfléchis à ces conseils avant d'aller à une rencontre amoureuse:

  • Prends rendez-vous dans des lieux publics les premières fois
  • Fais attention de ne pas dévoiler trop d'information à quelqu'un que tu ne connais pas très bien
  • Arrange-toi pour avoir de l'argent sur toi et de la monnaie pour téléphoner
  • Si tu as un téléphone cellulaire, veilles à ce qu'il soit chargé et que les numéros d'urgence y soient programmés à l'avance (si tu composes *TAXI avec n'importe quel téléphone cellulaire au Canada, tu obtiendras un taxi)
  • Dis à quelqu'un où tu t'en vas et quand tu comptes être de retour
  • Organise une sortie à deux couples ou demande à tes amies de se joindre à toi
  • Arrange-toi pour connaître l'adresse de l'endroit où tu vas et pour savoir comment tu rentreras à la maison, par toi-même s'il le faut
  • Ne perds jamais ton verre de vue
  • Garde toute lucidité, ne bois pas trop d'alcool et ne prends pas d'autres substances qui pourraient entraver ton jugement
  • Si tu sens que quelque chose ne va pas; fie-toi à ton instinct
  • Assure-toi d'être protégée contre les ITS et les grossesses non désirées
  • N'aie pas peur de dire NON
  • Si tu as un Iphone ou un Blackberry tu peux télécharger une app Alarme de Sécurité du YWCA. L'activiation de l'alarme envoie un courriel d'urgence à un contact préétabli qui indique les coordonnées approximatives et compose un appel d'urgence vers un numéro préenregistré
N'oublie pas: ce n'est pas de ta faute si quelqu'un fait preuve de violence ou d'agressivité envers toi ou encore se moque de tes droits.  L'abuseur est 100% responsable de ses actes. 

Tiré du Guide pratique des filles pour connaître ses droits, YWCA



Réseautage social
Réseautage social

Internet, Facebook, Twitter, Flickr, Youtube, les blogues et d'autres applications réseau sont devenus très populaires pour communiquer entre nous, pour échanger des histoires, photos, vidéos et musique, et se tenir au courant de ce qui se passe. Toutefois, leur utilisation pose des questions de confidentialité, de sorte qu'il est important que tu penses aujourd'hui aux conséquences à long terme de tes actions.

  • Fais très attention à la nature confidentielle des informations que tu échanges dans ces sites et sur Internet. Un employeur potentiel pourrait avoir accès à cette information.  Les gestionnaires du site web garderont ces informations pour toujours et elles resteront à jamais dans le webosphère.  Protège ta vie privée!
  • Lis toujours soigneusement les conditions d'utilisations, les codes de conduite et la politique de confidentialité.
  • Respecte le code de conduite.  La plupart des sites défendent qu'on utilise leur site pour participer à des activités illégales, intimider, harceler ou traquer quelqu'un et afficher des menaces ou des messages agressifs, abusifs, obscènes, haineux, racistes ou offensants. Tu es responsable de ce que tu affiches. Si tu affiches quelque chose d'illégale, c'est toi qui aura à craindre les répercussions.
  • S'il y a quelque chose que tu ne comprends pas ou qui te met mal à l'aise, parles-en à une personne en qui tu fais confiance et qui comprend la technologie de l'Internet.
  • N'accepte jamais de rencontrer quelqu'un en personne toute seule, si tu ne connais cette personne que par l'intermédiaire d'un site ou par Internet.  Les gens ne sont pas toujours ce qu'ils prétendent être.
  • Si quelqu'un te harcèle ou te traque dans un site, ne réponds d'aucune façon.  La meilleure chose à faire est d'arrêter d'utiliser le site.  Tu peux aussi communiquer avec l'entreprise pour les informer de ce qui t'arrive, et parler à un adulte en qui tu as confiance.

N'oublie pas : ce n'est pas de ta faute si quelqu'un fait preuve de violence ou d'agressivité envers toi ou encore se moque de tes droits. L'abuseur est 100% responsable de ses actes.

Tiré du Guide pratique des filles pour connaître ses droits, YWCA



Cyberintimidation

Tu utilises ton ordinateur ou ton téléphone cellulaire pour te divertir.  Ils te procurent un moyen de satisfaire toutes sortes de besoins, comme t'amuser, faire de nouvelles connaissances, communiquer avec tes amis, trouver un peu d'intimité et élargir tes horizons.  Toutefois, il est important de bien comprendre qu'ils peuvent comporter des dangers.
 

DÉFINITION

C'est utiliser ton téléphone cellulaire, ton ordinateur ou autre dans le but de harceler, de ridiculiser, d'abaisser, d'intimider ou de menacer quelqu'un.

C'est envoyer ou poster des messages électroniques blessants ou offensants, que ce soit à une reprise ou à répétition.

C'est prendre l'identité d'une autre personne dans le but de lui faire du tort ou de blesser quelqu'un d'autre.

Tiré du site www.adosante.org

MOYENS

Courriel, messagerie instantanée (MSN, Messenger, Yahoo etc),
Salon de clavardage (chat room)
Forums de discussion en ligne
Sites de réseautage (Facebook, My Space, Piczo)
Sites Internet
Logiciels par pair (P2P) (Limewire, iTunes, Napster)
Blogues
Echange de vidéo (Youtube)
caméra Web
Téléphone cellulaire (message texte)
Tiré du site www.adosante.org

FORMES

  • Afficher un préjugé au profil de quelqu'un
  • Ajouter un commentaire sexuel à une photo
  • Créer des sites Internet avec des images, des photos ou des blagues pour ridiculiser des personnes
  • Afficher des commentaires méchants à propos des personnes
  • Prendre une photo de quelqu'un sans son consentement et les envoyer dans le but de l'embarrasser
  • Prétendre d'être quelqu'un d'autre et envoyer des messages en son nom qui peuvent nuire à ses relations
  • Envoyer des messages insultants, offensants ou dégradants
  • Répandre des rumeurs
  • Créer des sondages dégradants dans le but de coter l'attrait ou la popularité de quelqu'un
Tiré du site www.adosante.org

ASPECT LÉGAL

Selon le Code criminel du Canada, les comportements suivants sont vus comme un acte criminel:
  • Communiquer de façon répétée avec quelqu'un de manière à lui faire craindre pour sa sécurité ou celle de ses proches;
  • Rédiger un texte destiné à insulter une personne et capable de nuire à sa réputation, en l'exposant à la haine, au mépris ou au ridicule.
La loi ne fait pas de distinction entre l'intimidation en personne ou par voie électronique.  Les deux sont punissables!
Selon la situation,  la cyberintimidation peut être traitée au droit civil ou au droit pénal.  Voici la différence entre les deux.
1. Le droit civil est la partie de la loi qui traite des droits de propriété, de la dignité de la personne et de la protection contre les préjudices.  Tu peux être traité au droit civil si...
  1. tu te livres à des actes de diffamation, c'est-à-dire:
    • tu portes un préjudice à la réputation d'une personne;
    • tu répands de fausses informations au sujet de quelqu'un;
  2. tu crées un milieu non sécuritaire, c'est-à-dire:
    • la cible a l'impression qu'elle ne peut aller à l'école sans être victime de violence, de moqueries ou d'exclusion
Tu est tenu responsable de toute conséquence que tu aurais pu raisonnablement prévoir!

2. Le droit pénal est la partie de la loi qui détermine quelles actions sont des crimes contre l'État. Tu commets un crime dans des cas de...
  1. harcèlement:
  2. tu dis ou tu laisses sous-entendre à quelqu'un qu'il est en danger ou que d'autres le sont, même si ton intention n'est pas de l'effrayer *Punissable jusqu'à 10 ans de prison.
      b. libelle diffamatoire:
  • tu répands des informations qui portent de graves conséquences à la réputation de quelqu'un. *Punissable jusqu'à 5 ans de prison.
Tiré du site www.adosante.org

CONSÉQUENCES

Les cibles de cyberintimidation réagissent de façon similaire aux victimes d'intimidation traditionnelle. Cependant, les conséquences de la cyberintimidation sont plus difficiles à gérer puisqu'il est difficile de s'en échapper. L'Internet est disponible en TOUT temps, tandis que l'école fini habituellement en fin d'après-midi. 

Plusieurs jeunes qui sont victimes de cyberintimidation vont tout simplement supprimer les messages et passer à autres chose. D'autres vont avoir des réactions plus difficiles.
  • Tu peux t'isoler et te sentir seul.
  • Tu peux te sentir impuissant et vulnérable.
  • Ton estime de soi peut diminuer.
  • Ta réputation peut être menacée.
  • Tu peux avoir des malaises physiques (maux de tête, indigestion).
  • Tu peux te sentir trahi.
  • Tu peux ressentir de la peur et avoir honte de te rendre à l'école.
  • Tu peux ressentir de la méfiance, car l'intimidateur reste souvent inconnu.
  • Tu peux être frustré.
  • Tu peux mal dormir et faire des cauchemars.
  • Tu peux te sentir anxieux et déprimé.
  • Tes résultats scolaires peuvent baisser.
  • Tu peux avoir des idées noires et mêmes des pensées suicidaires.

Tiré du site www.adosante.org

CONSEILS

ABCD...

ARRÊTE
Arrête immédiatement ce que tu fais en ligne.

BLOQUE
Bloque les messages. N'y réponds jamais. 

CONSERVE
Conserve les messages. Imprime.  Informe les fournisseurs de service. 

DIS-LE
Dis-le à un adulte en qui tu as confiance.  Si les messages contiennet des menaces, alerte la police.

Tiré du site www.adosante.org